GAAMAC Events MY GAAMAC

La crise des Rohingyas au Myanmar : Un génocide encouragé sur Facebook

L'Institut d'études sur le génocide et les droits de l'homme de Montréal et l'Action mondiale contre les crimes de masse (GAAMAC) ont le plaisir de vous inviter à la troisième session de "Decrypter le discours de haine", une série de quatre conversations en ligne de haut niveau réunissant des voix de premier plan pour discuter des liens entre les discours de haine, la technologie et la prévention des atrocités.

L'histoire a montré que le discours de haine précède souvent la commission de graves violations des droits de l'homme et d'atrocités. Dans certaines situations, les discours de haine en ligne ont eu un impact significatif dans le monde hors ligne. L'un des cas les plus graves de ces dernières années a eu lieu au Myanmar où l'inaction contre l'incitation à la violence sur les plateformes de médias sociaux, principalement Facebook, a contribué à la persécution de la communauté musulmane rohingya. Ces violations des droits de l'homme ont été largement condamnées par la communauté internationale.

Aujourd'hui, la crise au Myanmar est un exemple de groupes qui exploitent les médias sociaux pour inciter à la violence et de l'incapacité des plateformes de médias sociaux à agir. Quel rôle les discours de haine et la désinformation en ligne ont-ils joué dans la résurgence de l'oppression et des violations des droits de l'homme ? Quels sont les enseignements tirés de cette crise pour toutes les parties prenantes (Big Tech, États, société civile) afin d'éviter que cela ne se reproduise ?

La troisième session de la série "Decrypter le discours de haine" se concentrera sur l'arsenalisation des médias sociaux au Myanmar et examinera si cette affaire marque un tournant dans la prise de conscience des Big Tech et qu'elles doivent prendre en compte l'impact de leurs plateformes sur les droits de l'homme.

Modérateur

  • Kyle Matthews, directeur exécutif de l'Institut montréalais d'études sur le génocide et les droits de l'homme (MIGS)

Intervenants :

  • La sénatrice canadienne Marielou McPhedran

  • Grant Shubin, directeur juridique du Global Justice Center

  • Myat Thu, expert indépendant et conseiller en recherche au Myanmar Tech Accountability