Déclaration de la présidente de GAAMAC à l’occasion de la Journée Internationale de la Paix 2020

21 septembre 2020
Aujourd'hui, nous célébrons, commémorons et sensibilisons à l'importance de la paix et d'une culture de la non-violence.

Cette journée spéciale est également l’occasion de réitérer notre soutien totalà l’appel du Secrétaire général des Nations Unies en faveur d’un cessez-le-feu mondial. Une fois encore, nous appelons tous les acteurs armés, étatiques et non étatiques, à recourir au dialogue plutôt qu’à la violence et à s’engager dans des cessez-le-feu et des négociations pour résoudre toutes les questions pertinentes qui doivent être abordées.

Il ne fait aucun doute que la pandémie COVID-19 a mis en évidence les vulnérabilités existantes dans nos sociétés et a posé des défis sans précédent aux communautés du monde entier, en particulier à celles qui vivent dans des zones de conflit. La crise a également exacerbé les divisions politiques, économiques et sociales, creusé l’écart entre les sexes et provoqué une augmentation des discriminations, des discours de haine et des incitations à la violence.

Une fois de plus, cela nous rappelle qu’il est beaucoup plus efficace et moins coûteux d’investir dans la prévention. Répondre uniquement lorsque les crises sont déjà en cours est souvent trop tard et inefficace. Elle a également un coût humain et financier plus élevé. When it comes to atrocities, no society is immune. Lorsqu’il s’agit d’atrocités, aucune société n’est à l’abri. C’est pourquoi le maintien et la promotion de la paix nécessitent une action précoce et des efforts continus de la part de toutes les parties prenantes : les États, la société civile et le secteur privé, avec le soutien des organisations régionales et internationales.

Le chemin vers une paix durable et inclusive est complexe, spécifique au contexte et ne peut être réalisé seul. En cette période de pandémie, nous ne devons pas non plus oublier que notre planète requiert une attention soutenue et doit être incluse dans le programme de prévention.

Plus que jamais, étant donné la complexité de nombreuses situations, nous devons agir ensemble et mobiliser toute la bonne volonté possible pour nous attaquer aux causes profondes de la violence et nous engager ensemble dans les efforts de prévention, dès maintenant. La communauté GAAMAC, unie dans la prévention, reste déterminée à promouvoir la solidarité, les droits de l’homme, la coopération internationale et une action conjointe efficace pour faire de la paix une réalité sur le terrain.

Chers amis, partenaires et collègues, aujourd’hui, en tant que communauté d’engagement que j’ai l’honneur de présider, nous pouvons effectivement contribuer à la conception d’un monde post-COVID-19 plus pacifique, plus juste et plus digne en travaillant ensemble au renforcement des capacités de prévention de nos sociétés.

La prévention doit être vue sur le terrain. Faisons-le ensemble. Nous pouvons faire la différence.

Mme Mô Bleeker est présidente de la GAAMAC et est envoyée spéciale pour le traitement du passé et la prévention des atrocités au Département Fédéral Suisse des Affaires Etrangères (DFAE), où elle occupe différentes fonctions depuis 2003.

Assurez-vous de ne jamais manquer les nouveautés de GAAMAC! Inscrivez-vous à notre newsletter bimestrielle pour recevoir nos actualités directement dans votre boîte email.

Contenu associé

GAAMAC accueille un événement parallèle sur les femmes, la paix et la sécurité à New York

GAAMAC accueille un événement parallèle sur les femmes, la paix et la sécurité à New York

Le 26 octobre 2022, GAAMAC a soutenu un panel sur le pouvoir symbolique de la justice pour prévenir la violence contre les femmes dans les conflits. Venant de Colombie et du Guatemala, deux des partenaires de GAAMAC ont examiné comment la recherche de la justice pour les violences sexuelles et sexistes liées aux conflits (CRSGBV) a eu un impact sur le système juridique, la société et l’autonomisation des femmes dans ces pays.