Ce n’est que conjointement que la justice et l’éducation peuvent réussir à prévenir les atrocités

21 octobre 2021

Invitée par l'UNESCO à discuter du rôle de l'éducation dans la prévention des crimes d'atrocité, la présidente du GAAMAC, la juge Silvia Fernandez de Gurmendi, a mis l'accent sur le lien entre justice et éducation.

Les atrocités de masse, y compris les génocides, sont l’aboutissement d’un long processus qui commence par des mots. Les mots ont de l’importance et peuvent être des armes puissantes pour inciter, propager, tolérer ou encourager l’escalade de la violence. C’est pourquoi GAAMAC incarnel’engagement en faveur de la prévention précoceen tant qu’effort permanent, et non comme une réponse a posteriori.

Dans cet effort, la responsabilisation des auteurs est cruciale. Car un système judiciaire fort ne sert pas seulement à punir les actes passés, mais aussi à dissuader les crimes futurs. Les actes violents, et les discours haineux qui les enflamment, se nourrissent de l’impunité. Les décisions judiciaires constituent également un rempart contre le déni, la déformation ou les récits révisionnistes. Il n’y a donc pas d’opposition entre la justice et la prévention des atrocités : elles sont le prolongement d’un même effort pour endiguer les contextes permissifs et réaffirmer l’État de droit.

Les progrès réalisés par les tribunaux ne trouvent pas d’écho au-delà de ceux-ci

Les trois dernières décennies ont vu des développements impressionnants dans les efforts de responsabilisation pour les crimes d’atrocités. Des tribunaux hybrides et nationaux ont été mis en place, la première Cour pénale internationale permanente a été créée et de nombreuses décisions clés ont été prises. Certaines de ces décisions traitent même spécifiquement des discours de haine et d’incitation.

Et pourtant, la justice d’aujourd’hui est loin d’être dissuasive. Pourquoi ? Parce que ses progrès restent largement méconnus au-delà des milieux spécialisés et des militants de la justice. Dans l’ensemble, le grand public n’est pas au courant des efforts internationaux et nationaux pour faire face aux atrocités. Peut-être plus tragiquement encore, l’ignorance prévaut même parmi les communautés spécifiquement concernées par ces crimes.

Que peut-on faire ?

Il est urgent d’améliorer l’éducation sur les efforts de justice. Il s’agit de mieux faire comprendre l’importance de la responsabilité en général et de mieux informer sur les procédures et décisions judiciaires spécifiques.

Pour ce faire, il faudra un effort coordonné, impliquant à la fois le système éducatif et le système judiciaire : l’enseignement sur les efforts en matière de justice doit être renforcé, et les systèmes judiciaires doivent améliorer leur capacité à expliquer leur propre travail par le biais d’initiatives de communication et de vulgarisation appropriées.

Tant que les avancées significatives de la justice ne seront pas plus visibles, leur capacité à dissuader la violence restera limitée et les atrocités continueront à se produire.

GAAMAC est reconnaissant pour le partenariat informel continu avec l’UNESCO. Le Forum sur l’éducation et le discours de haine est le deuxième événement de l’UNESCO auquel GAAMAC a été invité en 2021. En avril 2021, le juge Fernandez a également discuté desleçons du génocide rwandais.

Assurez-vous de ne jamais manquer les nouveautés de GAAMAC! Inscrivez-vous à notre newsletter bimestrielle pour recevoir nos actualités directement dans votre boîte email.

Contenu associé

GAAMAC rencontre un groupe de jeunes pour les sensibiliser au lien entre les ODD et la prévention des atrocités

GAAMAC rencontre un groupe de jeunes pour les sensibiliser au lien entre les ODD et la prévention des atrocités

Le 22 avril 2024, GAAMAC a organisé une réunion d’information dans le cadre de l’initiative “Act for Tomorrow” menée par l’AIESEC, une ONG gérée par des jeunes qui offre une plateforme à une communauté de jeunes. Au cours de cet événement, le travail et la mission de GAAMAC et la manière dont ils promeuvent les ODD ont été présentés à 11 étudiants basés à Genève.