GAAMAC accueille un événement parallèle sur les femmes, la paix et la sécurité à New York

2 novembre 2022
Le 26 octobre 2022, GAAMAC a soutenu un panel sur le pouvoir symbolique de la justice pour prévenir la violence contre les femmes dans les conflits. Venant de Colombie et du Guatemala, deux des partenaires de GAAMAC ont examiné comment la recherche de la justice pour les violences sexuelles et sexistes liées aux conflits (CRSGBV) a eu un impact sur le système juridique, la société et l'autonomisation des femmes dans ces pays.

Le panel a pris la forme d’une discussion interactive avec des experts clés dans une perspective nationale et thématique :

La conversation a été modérée par le Dr Christine Ryan, directrice juridique du Global Justice Center.

Toutes les organisations participantes sont des partenaires de GAAMAC et cet événement était la première collaboration entre le Global Justice Center – basé à New York – et l’Initiative Amériques. Pour GAAMAC, ce fut une réelle satisfaction de voir fleurir une nouvelle collaboration, dans le véritable esprit rassembleur de notre réseau.

Contextualisation de la “responsabilité en tant que prévention” en Amérique latine

Dans son discours d’ouverture, Christine Ryan a rappelé que l’égalité des sexes et la fin de l’impunité pour les CRSGBV étaient au cœur des efforts de prévention des atrocités de masse. Cette idée a été réaffirmée à la fois lors du débat du Conseil de sécurité du 13 avril 2022 sur “La responsabilité en tant que prévention : mettre fin aux cycles de la violence sexuelle dans les conflits” et lors du débat du Conseil de sécurité du 20 octobre 2022 sur les femmes, la paix et la sécurité.

Dans ce contexte, les interventions des orateurs ont détaillé la manière dont ces efforts se déroulent en Colombie et au Guatemala. Les interventions étaient basées sur la note politique générale de 2021, Leçons tirées des conflits armés en Colombie et au Guatemala pour prévenir la violence contre les filles et les femmes.

Adriana Benjumea a commencé par expliquer la méthodologie de la note de synthèse, et pourquoi l’étude comparative des deux pays était pertinente. Brisna Caxaj et Luz Piedad Caicedo ont ensuite présenté les conclusions de la note de synthèse sur le Guatemala et la Colombie respectivement. Bien que les pays se trouvent à des stades différents de la justice post-conflit, plusieurs thèmes communs sont apparus : l’intersectionnalité de la violence, qui affecte les femmes autochtones de manière disproportionnée ; la réticence du système judiciaire à reconnaître la nature organisée et systémique de la VSBG ; l’insuffisance des ressources et/ou de la volonté politique auxquelles les institutions judiciaires sont confrontées.

A la fin des présentations, la parole a été donnée aux questions et commentaires du public. Parmi elles, une intervention spéciale de Ruta Pacifica de las Mujeres, une ONG colombienne qui lutte pour une plus grande implication des femmes dans la politique et les processus de consolidation de la paix.

Assurez-vous de ne jamais manquer les nouveautés de GAAMAC! Inscrivez-vous à notre newsletter bimestrielle pour recevoir nos actualités directement dans votre boîte email.

Contenu associé

Le Conseil des droits de l’homme adopte une résolution menée par la Suisse

Le Conseil des droits de l’homme adopte une résolution menée par la Suisse

Après quatre semaines, le Conseil des droits de l’homme (CDH) a conclu sa 51e session le 7 octobre 2022. Le conflit armé en Ukraine ainsi que la situation des droits de l’homme au Xinjiang (Chine) et en Russie ont été au cœur des discussions. Le CDH a adopté une résolution présentée par la Suisse, membre fondateur de GAAMAC, sur la justice transitionnelle et les droits de l’homme.