Le groupe de pilotage de GAAMAC se réunit à Genève pour sa retraite annuelle

2 novembre 2022
Du 5 au 8 octobre 2022, les membres du groupe directeur de GAAMAC se sont réunis à Genève et en ligne pour une retraite annuelle hybride. La stratégie et les priorités de GAAMAC pour 2023 et 2024 ont été définies.

Chaque année, le groupe de pilotage de GAAMAC organise une retraite de plusieurs jours pour réfléchir et préparer l’avenir. En octobre, huit membres se sont réunis physiquement à Genève et trois autres ont participé en ligne. Ils ont discuté de la mise en œuvre de la Vision 2022-2024 et ont développé une stratégie pour étendre le réseau, en particulier parmi les États.

Le premier jour, les membres du groupe de pilotage ont été rejoints par des représentants du groupe de travail Afrique et du groupe de travail Asie-Pacifique. Chacun a présenté ses réalisations et il a été décidé de renforcer les liens entre les groupes de travail, afin de partager les bonnes pratiques et les idées.

Le même jour, des interventions ont été entendues de la part du conseiller spécial des Nations Unies pour la prévention du génocide, Alice Wairimu Nderitu, d’un représentant Ministère des affaires étrangères de l’Arménie (un partenaire de GAAMAC) et M. Kyle Matthews, directeur exécutif de L’Institut montréalais d’études sur le génocide et les droits de la personne (MIGS), qui est également un partenaire. L’objectif de cette session est de renforcer la coopération avec les partenaires afin d’accroître la volonté politique.

La première journée s’est terminée par une petite réception pour le groupe de pilotage, les membres de la communauté diplomatique de Genève et les représentants du bureau du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme et de l’Académie de Genève.

Le lendemain, trois représentants d’alliances informelles ont été invités à faire une brève présentation de leur travail et de leur collaboration avec GAAMAC :

  • Wichert ten Have, conseiller de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA)
  • Karel Fracapane, spécialiste de programme, Section de la citoyenneté mondiale et de l’éducation à la paix, Division de l’éducation à la paix et au développement durable de l’UNESCO.
  • Jane Lawson, conseillère principale pour les relations avec la société civile, département de la tolérance et de la non-discrimination au bureau de l’OSCE pour les institutions démocratiques et les droits de l’homme.

Après le déjeuner, les conversations ont repris autour de la vision 2022-2024, du leadership de GAAMAC et de l’organisation de sa cinquième réunion mondiale, GAAMAC V. La retraite s’est terminée par un résumé des points d’action et la décision d’en assurer le suivi lors des prochaines réunions du groupe de pilotage.

Assurez-vous de ne jamais manquer les nouveautés de GAAMAC! Inscrivez-vous à notre newsletter bimestrielle pour recevoir nos actualités directement dans votre boîte email.

Contenu associé

GAAMAC accueille un événement parallèle sur les femmes, la paix et la sécurité à New York

GAAMAC accueille un événement parallèle sur les femmes, la paix et la sécurité à New York

Le 26 octobre 2022, GAAMAC a soutenu un panel sur le pouvoir symbolique de la justice pour prévenir la violence contre les femmes dans les conflits. Venant de Colombie et du Guatemala, deux des partenaires de GAAMAC ont examiné comment la recherche de la justice pour les violences sexuelles et sexistes liées aux conflits (CRSGBV) a eu un impact sur le système juridique, la société et l’autonomisation des femmes dans ces pays.

Le Conseil des droits de l’homme adopte une résolution menée par la Suisse

Le Conseil des droits de l’homme adopte une résolution menée par la Suisse

Après quatre semaines, le Conseil des droits de l’homme (CDH) a conclu sa 51e session le 7 octobre 2022. Le conflit armé en Ukraine ainsi que la situation des droits de l’homme au Xinjiang (Chine) et en Russie ont été au cœur des discussions. Le CDH a adopté une résolution présentée par la Suisse, membre fondateur de GAAMAC, sur la justice transitionnelle et les droits de l’homme.